L’écriture est une forme de thérapie parfaite pour le timide.

L’écriture apparait comme un outil inestimable pour l’introspection. Il offre l’opportunité de prendre conscience de ses schémas, d’accroitre sa créativité et de libérer des émotions stagnantes. L’écriture peut servir de défouloir pour les âmes qui n’arrivent pas à exprimer leurs mal-être. Utiliser l’écriture permet de constater son évolution au fur et à mesure de son développement personnel.

Voilà cinq ans que je me livre pratiquement chaque jour sur mon carnet. J’imagine que je parle à un membre de ma famille, je « vomis » parfois ce que je n’ai pas osé prononcer à voix haute et je dévoile mes aspirations. Ces périodes d’écritures constituent des moments importants entre moi et une amie fidèle avec qui je correspondrais régulièrement. Je ne suis jamais jugée ou disputée par mon interlocuteur. Elle accepte mes mots et cela apaise mes maux internes.

Je ne saurais que mieux recommander l’écriture à chaque personne désirant effectuer un travail d’introspection. Il accompagne depuis quelques mois mes méditations ou mes réveils.

Voici quelques règles simples pour profiter de l’écriture thérapeutique.

 

  1. Isolez-vous de préférence.

Vous n’êtes pas obligé de vous enfermer dans une pièce. Évitez seulement les endroits bruyants : telles que les plages surchargées avec des enfants qui jouent au ballon ou encore les terrasses avec de la musique disco qui vont vous déconcentrer. Préférez les espaces où vous pouvez vous recentrer et écouter votre corps durant cette pratique. Personnellement, je possède toujours un carnet et un stylo avec moi afin de pouvoir rédiger ce que j’ai dans la tête : une idée, une appréhension, un doute… J’inscris tout sur mes calepins.

Pourquoi tout noter ? Notre cerveau n’est pas réalisé pour garder les informations. En le “vidant”, vous lui donner la possibilité de clarifier votre esprit, d’être plus serein et de gagner en performance. 

J’utilise aussi fréquemment un casque antibruit, car je suis très sensible aux sons externes. Cela m’isole du monde extérieur et me crée une bulle à moi plus facilement. Cela laisse mon esprit s’évader et se soulager sans être interrompu.

 

  1. Ne pas chercher à prouver votre intelligence ou votre sérieux.

L’écriture thérapeutique demande à être libre de tout jugement. Restez le plus vrai possible. Mélangez les sujets, mixez les mots avec le dessin et permettez-vous de vous exprimer comme un enfant pourrait le faire. Nous ne désirons pas créer un chef-d’œuvre, mais s’offrir un espace d’insouciance. Ces moments doivent devenir des bulles d’oxygènes ou vous pouvez abandonner toute votre anxiété et vos blocages.

Très souvent, mes clients me regardent avec étonnement quand je leur demande d’écrire chaque jour. Certaines ont de mauvais souvenirs d’école ou d’humiliation. Cet exercice vous réconciliera avec votre passé. Lâchez-vous et permettez-vous d’écrire tout ce que vous ressentez.

La grâce prend parfois des drôles de manières de toucher.

 

  1. Écrivez juste avant de vous coucher.

Quel intérêt d’écrire à ce moment ? Trois raisons à cela, non seulement vous vous allégerez, vous dormirez mieux et vous pourrez collaborer avec votre inconscient.

Dans notre existence, nous obtenons ce que nous osons demander. Ayez l’audace d’exprimer ce que vous voulez dans votre vie. Décrivez votre parfait destin, vos journées ainsi que votre entourage. Mettez-y le plus de détails et permettez-vous de rêver. J’ai constaté que peu de personnes s’autorisent à rêvasser de peur d’être déçues par la suite. Clarifier vos propos et votre génie intérieur pourra vous aider. Il a besoin du plus d’information possible concernant vos envies.

Vous pouvez aussi lui poser des questions et il tâchera de vous répondre durant vos nuits ou à votre éveil.

 

  1. Écrivez dès votre réveil.

Pourquoi à cet instant ? Nous demeurons toujours dans le coton de nos rêves. Notre inconscient peut alors communiquer avec nous plus facilement. C’est le moment idéal pour le laisser s’exprimer et lui faire passer un message à nouveau. Il vous surprendra si vous lui faites confiance.

Il satisfera à toutes vos curiosités ou vous donnera des éléments importants à connaitre pour votre futur.

De plus, vous pouvez prendre le temps de décrire votre journée parfaite. Il vous aidera à l’accomplir sans obstacle sur votre chemin.

 

  1. Un complément à la méditation.

Je l’ai vaguement mentionné dans le premier point. Avant de méditer, vous pouvez écrire votre interrogation du moment sur une feuille, avec l’intention d’avoir une explication claire pendant votre introspection. Ne vous dites surtout pas : «  Nous verrons bien. ». Soyez confiant dans l’obtention d’une réponse précise et vous l’aurez. Toute la « magie » réside dans votre foi à entendre. J’ai toujours cru que les éléments arrivaient lorsqu’il devait venir à moi et cela me faisait douter constamment. Puis, j’ai compris que les solutions me courraient après au moment où je me persuadais de les recevoir.

Dans mon système de pensée, tout existe déjà autour de moi. Le plus dur est d’en être convaincu et de l’exprimer.

 

Les mots — par écrit ou par oral — possèdent une puissance vibratoire. S’ils sont contenus trop longtemps à l’intérieur de nous, ils provoqueront des maux et bloqueront votre bien-être. L’écriture permet de nettoyer son intérieur, tout comme une douche lave le corps. Engagez-vous à avoir une meilleure hygiène de vie. Exprimez-vous le plus fréquemment possible. Vous vous apercevrez avec la pratique d’incroyables changements.

 

Pourquoi cet outil correspond-il au timide ?

Lorsque j’étais timide, j’avais extrêmement peur de me livrer à des inconnus. J’étais terrifiée sa réaction et ses jugements. J’avais pour habitude d’agir « comme si » et de garder mes « démons » bien cachés. Honnêtement, plusieurs personnes m’ont causé des ennuis, car je ne discutais pas. Je ne savais pas m’exprimer et je laissais aller. De plus, je ne voulais surtout pas déranger et j’avais rapidement l’impression d’encombrer mon entourage dès que je me dévoilais un peu. Je me souviendrai toujours de ma première séance chez un psychologue ou je n’ai pas osé lui parler réellement de moi. J’ai préféré à propos du temps, du dernier livre lu et de ses personnages. J’ai compris par la suite que c’était aussi une manière d’analyser un patient. On s’identifie forcément à nos héros et nos livres n’arrivent jamais sur nos chevets par hasard. Ils touchent des parties de nous qui cherchent à vivre par procuration l’existence de nos figures favorites.

 

Encore un point :

Pourquoi est-ce que je ne préconise pas l’emploi du smartphone pour cette pratique. Nous fonctionnons par habitudes, celles-ci déterminent nos vies. Ce dernier est synonyme de communication, divertissement et de réseau sociaux. Je préfère la création d’un véritable rituel et utilisation d’un élément neutre. Lorsque je sors mon bloc-notes et mon crayon, mon corps se met naturellement en introspection. J’ai instauré ce que l’on appelle un ancrage, c’est-à-dire un automatisme. C’est plus compliqué de créer cela avec le téléphone qui possède déjà plusieurs applications.

 

Commentez et dites-moi ce que vous pensez de l’écriture.
Merci encore, Fanny
Cliquez ICI afin de la découvrir ma formation ” Remonter son estime en 3 mois” à un prix UNIQUE.

 

 

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  

2 réponses

  • Je viens de rajouter une vomito dans mes écritures, en soi c’est aussi accepter ma partie sombre. Parfois je veux trop positiver et je ne laisse pas sortir le brut, Ou la brutte.
    Je vais un travail sur les intentions qui fonctionnent de mieux en mieux.
    L’écriture le soir me fait fort ressasser par contre.
    Top article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *