7. Un tournant

Il y a dix jours, j’ai fait ma première action de communication officielle pour lancer mon activité de massage.

Mes sentiments sont étranges, je suis à la fois, excitée, soulagée, réticente, impatiente, anxieuse, résignée… J’aurais aimé vivre ce moment dans la légèreté mais ce n’est pas la réalité. Est-ce dû aux autres soucis que j’ai en ce moment qui m’assombrissent un peu, ou à la nature du tournant de l’aventure ?

Vous me direz que ce n’est qu’un mailing à mon réseau, c’est vrai ; « c’est peut-être un détail pour vous mais pour moi ça veut dire beaucoup ». C’est comme si, à présent, je ne pouvais plus reculer. Une chose est sûre, si je n’étais pas dans le groupe « Libre et Heureuse », je n’en serais pas là aujourd’hui.

Être dans ce groupe m’a mis une gentille pression.

Je me suis engagée, je ne peux plus reculer… Puis il y a eu la conférence du dimanche matin avec Fanny et les Biches. J’ai retenu le leitmotiv de Fanny : CONSTANCE, DETERMINATION, DISCIPLINE que j’ai noté sur mon tableau motivationnel.

Et depuis, chaque jour j’essaye de faire une action, petite ou grande qui va dans le sens du développement de mon activité. J’ai quelques objectifs fixés pour les jours qui viennent : élargir mon réseau pour communiquer sur mon activité et créer de l’activité sur mes réseaux sociaux (faire des posts, des vidéo IG…). Je vais également faire des jolies photos de mon espace (enfin j’espère 😊) et travailler sur le contenu de la page internet que je souhaite lancer… Et puis, je continue à me former. J’aime tellement masser et avancer dans ma pratique.

Trois personnes ont réservé !!! Cela m’a procuré une immense joie et je me suis célébrée avec une danse de la joie !!! J’ai hâte d’accueillir ma première « cliente » et j’ai la pression mais je me fais confiance car je me sens à ma place et je sais que j’ai beaucoup à apporter à toutes ces personnes qui viendront à moi pour recevoir mes « soins ».

A bientôt pour la suite !

 

6. Haut les cœurs !

Je ne vais pas vous mentir : ce n’est pas la joie en ce moment !

Je galère émotionnellement, je galère dans ma vie amoureuse, je galère dans ma vie de mère et je n’avance pas comme je le souhaite dans mon projet professionnel… J’ai loupé le précédent live car j’étais en vacances à la montagne, pour me ressourcer mais ce dimanche je n’aurais manqué pour rien au monde le RDV avec mes copines de “Libre&Heureuse”. J’étais contente de les retrouver, de savoir où elles en étaient et d’avoir ce moment privilégié avec Fanny.

Bon, j’ai fait un truc que je n’aime pas faire mais j’ai pas mal pleuré en faisant le point de là où j’en étais, devant mon écran, devant les autres. C’est une des forces de ce groupe et je dirais même de ce programme : la bienveillance et le non-jugement qui prévalent, ce qui fait qu’on peut lâcher prise avec quiétude.

J’ai un gros blocage en ce moment qui pèse lourd dans ma poitrine.

Ce n’est pas la première fois et j’en ai vu d’autres mais là, je n’ai plus envie de ça. Je veux avancer dans ma vie, rayonner à des kilomètres à la ronde, vivre intensément sans ne plus jamais regarder en arrière.

Le live m’a fait du bien et en même temps m’a pas mal perturbée car Fanny a mis de la lumière sur des points que j’avais du mal à cerner, à exprimer ou tout simplement que je ne voulais pas voir. Un point sur la relation avec mon ex-mari et un point sur la façon dont j’ai géré une relation amoureuse qui vient de se terminer. Cela m’a éclairée mais a aussi ajouté à ma culpabilité. Je m’en veux de toujours regarder en arrière. Je m’en veux de comparer ma vie à celle d’avant ou à celle des autres. Je m’en veux de me laisser manipuler. Je m’en veux de ne pas être plus claire avec moi sur ce que je veux vraiment… Je n’ai pas très bien dormi à la suite de ce live…

Et aujourd’hui, Fanny m’a laissé un message vocal qui m’a encore ouvert les yeux et reboostée. Le couple, c’est s’engager à fond avec l’autre. Et tout cela est un travail pas facile.

À la lumière de cela et d’autres choses encore que Fanny a évoquées, oui, je me sens épuisée et oui, je trouve ce poids sur mes épaules injuste. Cela étant, le but du jeu n’est pas de s’autoflageller mais d’apprendre, de se détacher de ses émotions pour mieux se réaligner et influencer la situation. J’ai manqué d’alignement dans ma vie passée et j’aspire de tout cœur à ce que cela change. Je ne pourrai pas changer le passé mais je souhaite m’imprégner de ces paroles pour aller sereinement vers ma lumière de massothérapeute et de femme épanouie dans tous les domaines de sa vie.

Je n’ai pas le choix car je suis le maître de ma vie, seule responsable de tout ce qu’il va m’arriver. J’avance sur mon chemin, je ne suis sans doute pas au bout de mes peines mais je vais de l’avant, haut les cœurs !

5. Montagnes russes

Une semaine en dents de scie ! Certains jours ont été douloureux, toujours à cause de mon ex-mari et malgré lui car c’est moi qui me fais des films et qui me fais du mal toute seule… Et puis, la situation confinement m’a un peu plus pesée cette semaine. 

Les jours « sans » impactent tous les domaines de ma vie, ma vie de femme, ma vie de mère, et même mon projet professionnel. 

Pourquoi, je fais cela ? 

Qu’est-ce que j’essaye de me prouver ? 

Si je n’ai personne avec qui partager ma réussite dans ce domaine (car je me vois tout de même réussir 😊), à quoi bon le faire ? 

Il n’y aura que ça dans ma vie, je vais travailler de chez moi, je vais faire des massages de chez moi, je ne vois pas de lumière… 

 

Mais les jours passent et ne se ressemblent pas, Dieu merci, et, en cette fin de semaine, j’ai réalisé des petites choses, aussi bien sur le plan du développement personnel, que vis-à-vis du lancement de mon activité de massage : j’ai finalisé mon logo, créé une ébauche de page Instagram, contacté une graphiste pour faire des cartes de visite, créé une adresse mail et une ligne de téléphone dédiée… (Il me reste le plus dur faire : ma carte de soins/fixer mes prix et faire mon 1er mailing…)

J’ai installé un petit autel dans ma chambre avec bougies, couverture et tapis de yoga pour méditer et m’étirer tous les matins, fait deux exercices de Fanny (travailler sur l’incarnation et sur le board de feedbacks) et retrouvé mes copines Biches lors de la conférence du dimanche matin. 

Ça m’a fait du bien ! 

Je sais que l’amélioration de mon bien-être va passer par plus de routines. Alors je me fixe ce gros objectif pour la semaine à venir : je vais me lever à une heure régulière (7h30), faire ma méditation du jour, intégrer une séance d’EFT au moins une fois par semaine pour commencer, faire quelques étirements et, selon mon temps libre, du yoga, yoga du visage, ou une autre activité physique, prendre ma douche froide, écrire dans ma routine miraculeuse. Je vais faire cela tous les jours de la semaine qui vient et noter les changements dans mon ressenti, mon bien-être. Je vous tiens au courant !

Et penser à me célébrer !!! Ça ne vient pas du tout naturellement mais je vais essayer 😊

4. Waouh!

Waouh, aujourd’hui, je me suis félicitée pour la 1ère fois spontanément et à voix haute. 

J’étais contente de moi ! 

Je me suis levée tôt, j’ai bossé pour mon emploi de salariée à plein temps toute la matinée, j’ai fait un plein au supermarché car je récupère mes enfants ce soir après quinze jours d’absence (je peux vous dire qu’à vingt et vingt-deux ans, ça ne mange pas que des salades, ces p’tites bêtes), j’ai bossé sur la com de mon auto-entreprise, j’ai cuisiné et j’ai accueilli un ami qui venait pour un massage du dos. Je pense avoir donné un des meilleurs massages depuis que j’exerce. Je me suis régalée, j’étais concentrée, limite dans un état méditatif, j’ai dansé autour de ma table (le massage est une chorégraphie) et laissé libre cours à mon imagination et à mes mains. Ça vaut bien des auto-congratulations, non ?

J’ai compris que l’action était la clé de tout et j’arrive à me mettre en action consciemment. Quelle satisfaction quand j’avance. Cela reste irrégulier mais je ne lâche pas l’affaire. 

 

Il est vrai qu’il y a quelques jours, je n’en menais pas large. J’ai en effet déjeuné avec mon ex-mari pour les vingt ans de notre fils. J’avais proposé ce déjeuner tous les quatre, comme nous l’avions déjà fait, il y a deux ans, pour notre fils aîné au restaurant. Cette fois-ci, pas de restaurant, le déjeuner se passe chez lui. Chez lui, où je n’ai mis les pieds que deux fois en six ans… Je pense être prête à vivre ça mais ça ne se passe pas aussi bien que prévu. 

Au début, tout va bien mais au fur et à mesure de la discussion, durant laquelle il me parle de sa nouvelle vie, qu’il évoque la femme qu’il voit depuis plusieurs mois, qu’il a présentée aux garçons et avec laquelle ça a l’air de bien marcher, mon cœur se serre à l’intérieur de ma poitrine. Je suis envahie par la tristesse et la nostalgie, je prends sur moi pour ne rien montrer et le déjeuner terminé, je pars en laissant tout ce petit monde. 

J’ai envie de chialer ! Je m’en veux de réagir comme cela après six ans de séparation. Je me dis que j’ai encore un peu de chemin à faire. Je n’aime pas ces rechutes… Je n’aime pas ce sentiment de jalousie primaire. Tout cela pour dire que ce n’est pas encore gagné et que le passé a encore de l’emprise sur moi. Heureusement, avec le temps et tout le travail que je fais sur moi en général et avec Fanny en particulier, ces moments sont moins fréquents et ces coups de blues sont plus vite balayés. Le lendemain, ça allait déjà mieux mais je me saoule toute seule avec ce passé…

 

3. Bilan

Trois mois que je suis le programme « Libre & Heureuse » ! C’est le moment de faire un bilan :

Tout d’abord, je n’ai pas vu passer ces trois mois.

Déjà trois mois de ce programme, le temps passe vite et je prends conscience que je dois me mettre plus en ACTION si je veux pouvoir bénéficier de tout cet accompagnement. Fanny nous le répète souvent, l’action c’est la clé, le meilleur remède ! Elle l’a encore dit au live de ce matin. 

 

Qu’est-ce que je retiens de ces trois mois ?

J’ai eu des prises de conscience : 

J’ai du mal à avoir une vision claire des choses, à savoir ce que je veux vraiment dans tous les domaines de ma vie. J’ai des idées, des envies mais quand il s’agit de les définir précisément c’est plus dur, je ne suis pas assez précise, je n’arrive pas à me projeter clairement. 

J’ai du mal à me concentrer, je papillonne, je rêvasse, je laisse le petit vélo trotter dans ma tête. J’ai tendance à contempler ma vie, plutôt que de la vivre. Bon, ça, je le savais déjà.

Je ne fais pas tous les exercices, je les fais parfois de façon superficielle, parfois de façon plus investie et concentrée, quelquefois pas du tout… C’est un peu aléatoire, et j’aimerais plus de régularité et de concentration. Je manque de « discipline » même si j’ai introduit de la méditation quotidienne et un peu d’EFT dans ma semaine.

J’ai compris que j’ai un vrai problème de lâcher prise, je ne m’en rendais pas vraiment compte avant, mais là c’est quelque chose qui ressort de façon assez récurrente et qui m’empêche de me connecter à mon moi intérieur, à mon cœur, à mon corps. Je suis trop dans le mental, pas assez dans le ressenti. Ça m’embête, faut que je bosse là-dessus ! C’est sans doute cela qui m’a le plus interpellée car j’aspire à être plus alignée, plus ancrée, plus vraie, plus connectée. 

Cela étant, les choses avancent du côté de mon activité de massage, pas aussi vite que j’aimerais mais j’en prends la responsabilité. J’attends que tout soit parfait avant de me lancer, alors je peux attendre longtemps…

Je travaille aussi sur la gratitude et sur la bienveillance vis-à-vis de moi. En revanche, je ne sais pas me féliciter, je ne le fais jamais, cela ne me vient même pas à l’esprit  ; À creuser…

2. Engagement

Le programme « Libre & Heureuse » a commencé il y a quelques semaines. Je me suis inscrite sans trop réfléchir, un peu sur un coup de tête, beaucoup car Fanny a trouvé les mots pour me faire sentir que si je ne faisais pas cette formation, j’allais louper un truc unique et exceptionnel voire même la chance de ma vie d’accéder à une nouvelle vie. Je suis bonne cliente, j’ai besoin d’un coup de pied aux fesses, ma curiosité est aiguisée. Bon ce n’est quand même pas donné, je ne m’attendais pas à ça… Allez, j’y vais !!!

Le 1er exercice consiste à faire une courte présentation de soi et à s’engager. Il y a déjà des vidéos en ligne, c’est bien, ça donne le ton, c’est dans mes cordes… Je m’y reprends à une ou deux fois (seulement 😊), j’arrive à faire quelque chose de spontané et je suis contente de cela. Au fur et à mesure des jours, je vais prendre le temps aussi de regarder les vidéos de mes camarades. Ça prend du temps, mais j’ai à cœur de les découvrir. Je me rends compte que je suis un peu dans le jugement. Grrrr, c’est un truc qui m’énerve chez moi et que je veux changer. Je découvre un groupe de filles (et un homme) assez différentes les unes des autres mais qui ont le point commun d’être quasiment toutes dans le développement personnel/coaching/énergétique. Elles ont quasiment toutes une activité établie même si naissante et ont l’air d’être très au point sur toutes les techniques de « connexion à soi » (méditation, EFT, etc…). Je ne savais pas ce qu’était l’EFT, il y a six mois… Je me sens un peu larguée par moments. Je ne comprends pas tous les exercices de Fanny. Mais comme la plupart des filles parlent la même langue qu’elle et que certaines sont super réactives, je suis le mouvement.  

Ça va vite, trop vite pour moi. Trop d’activités sur Facebook, trop d’exercices à faire d’une semaine à l’autre. Je n’ose pas trop parler pendant les lives. J’ai peur de raser les autres avec mes questions ou introspections. Parfois, j’ai envie d’arrêter, je trouve que ce n’est pas pour moi, que les exercices ne sont pas adaptés pour mon activité qui n’est pas une activité d’accompagnement. Mais je reste car je trouve cela intéressant, je sens que ça me fait du bien, ça me pousse aux fesses, je prends conscience de certaines choses… J’y reviendrai… Cette « vie en communauté » me fait du bien aussi car je vis seule avec mes deux fils absents une semaine sur deux, et que le confinement/couvre-feu n’arrange pas le sentiment de solitude que je peux encore éprouver parfois même si de ce côté-là, j’ai énormément progressé. 

Et puis elles sont chouettes ces filles, j’apprends à les connaître et je m’attache à elles…

 

1. Je m’appelle Sandrine…

Je m’appelle Sandrine, j’ai 52 ans et suis maman de deux jeunes hommes de 20 et 22 ans qui vivent avec moi une semaine sur deux (cela vous donne un indice sur ma situation maritale…).  

J’ai découvert Fanny sur Instagram lors du 1er confinement. Je me suis pas mal « réfugiée » sur Instagram à ce moment-là (je l’utilisais avec parcimonie jusqu’alors) et j’ai essayé de cadencer mes journées confinées entre mon boulot, des cours de yoga, de cuisine, de naturopathie et autres en ligne. Un peu boulimique du truc au début, je me suis assez vite calmée mais dans mes découvertes, il y a eu Fanny. Cette femme, belle, libre, vibrante qui me fascinait aussi bien qu’elle m’agaçait par moment. Elle avait l’air d’avoir une chouette qualité de vie et tout bêtement j’aimais bien l’esthétique de son compte. Donc, je me suis mise à la suivre et j’ai vu qu’elle était très présente, j’ai eu ma dose quotidienne de son univers et de ses messages qui ont fait du chemin dans ma tête. 

Il faut que je précise que je suis à un tournant de ma vie et que je suis ouverte à tout ce qui peut me faire grandir, changer, évoluer, devenir une meilleure version de moi-même. Je suis en effet à la croisée des chemins : mon mari m’a quittée, il y a six ans environ, ce qui m’a apporté énormément de chagrin et m’a laissée seule face à moi-même après vingt ans de vie commune. On avait déjà eu un orage en 2007 – 2008, il avait fait une sorte de burn-out, quitté un job en or et choisi de tomber follement amoureux d’une fille canon de dix ans de moins que moi qu’il connaissait depuis longtemps… Contre toute attente, on a réussi à traverser la tempête, il a eu le choix de revenir ou pas, il est revenu après six mois et je pensais qu’on avait fait le plus dur… Dix ans plus tard, je sens un nouvel orage arriver, il éclate en avril 2017. On se sépare. 

A partir de là, il a fallu commencer à se réinventer en quelque sorte. Je me suis un peu perdue dans les rencontres Tinder et cie, besoin de faire un peu de bien à son ego, de combler le vide affectif, l’absence de cet homme que j’ai tant aimé/admiré et de mes enfants que je ne voyais plus qu’une semaine sur deux. Et puis, faire le deuil de ma vie de famille… Le plus dur sans doute. J’ai beaucoup souffert de solitude émotionnelle, j’ai beaucoup comparé ma vie à celles des autres et c’était rarement à mon avantage. Ceci étant, je n’ai jamais été au fond du trou, des coups de blues, des moments de désespoir mais pas de prédisposition à la dépression chez moi. J’ai découvert que j’avais des ressources. J’ai compris que je n’allais devoir compter que sur moi-même à présent, qu’une page se fermait douloureusement mais qu’une autre s’ouvrait et qu’il fallait que j’en fasse quelque chose.

Alors j’ai pris deux décisions : 

  • Trouver un projet qui allait m’occuper, me faire vibrer, me nourrir pour les prochaines années de ma vie indépendamment de mon activité professionnelle (j’ai un job à plein temps dans le monde de la santé) ; quelque chose que je ne devrais qu’à moi-même qui s’apparenterait plus à une passion qu’à un job ou un hobby. Je précise que j’ai cherché longtemps, bien avant que mon mari ne me quitte mais que je ne trouvais pas…
  • Me sortir à tout prix de ce bordel émotionnel dans lequel je m’enlisais.

 

La recherche du projet a abouti, tellement bien que je suis fraîchement diplômée en praticienne de massages de bien-être. Une des plus belles révélations de ma vie !

Le bordel émotionnel ? Je commence à en sortir, grâce au travail que je fais sur moi et aux deux programmes de Fanny auxquels je me suis inscrite en septembre 2020 puis janvier 2021. Le programme « Libre & Heureuse » pour accompagner les entrepreneuses (je suis diplômée et je souhaite lancer mon activité à présent, pas facile de passer le cap, quand on a été salariée toute sa vie…). Et le programme « Stable & Ancrée », pour apprendre à mieux me connaître, m’aligner, me connecter à mon moi intérieur ; m’aider à construire une vie florissante et pleinement épanouie dans tous les domaines de ma vie ; me donner les clés pour avoir une plus grande foi en l’avenir, m’aimer inconditionnellement et accéder à plus d’authenticité dans ma vie…

L’aventure ne fait que commencer et j’ai hâte de me voir évoluer…