Hors-série : mes rêves bizarres

Rêves

Flash News : je rêve beaucoup la nuit. Ça a toujours été le cas et souvent, quand j’en parle, la personne en face me regarde avec des grands yeux parce qu’elle ne se souvient pas de la plupart de ses rêves… donc, après, c’est à mon tour de la regarder avec des grands yeux. Je me souviens même de rêves que j’ai fait il y a très longtemps et le truc c’est que, parfois, ils se suivent. Il y a quelques années, ce n’étaient même pas des rêves : c’étaient des cauchemars encore, et encore, et encore. Bref, vous avez l’idée.

Alors je ne sais pas si vous allez me suivre, mais allons-y quand même.

Je fais trois sortes de rêves différents (je le sais parce que Fanny m’a dit de tout noter) : le rêve réaliste, le rêve totalement bizarre et la quête suprême.

Le rêve réaliste, facile, c’est celui où je me retrouve dans un contexte quotidien. Par exemple, ma mère m’envoie chercher un drive, ma grand-mère me fait mon plat préféré ou mon colis arrive mais ce n’est pas du tout ce que j’ai commandé. En général, rien de fou ne se produit et je reconnais tout et tout le monde (même si parfois un camarade de primaire oublié pointe le bout de son nez). Le rêve réaliste tourne parfois au totalement bizarre et là, ça devient un peu malaisant. Je passe alors de sauter 50 centimètres à cheval à 1,70 mètre comme si de rien n’était et les repas de famille se transforment en siège anti-zombies.

Le rêve totalement bizarre est parfois super cool et d’autres fois très gênant ou flippant. Ceux que je préfère de ce type sont ceux où j’ai des pouvoirs comme voler, sauter super haut, me battre comme dans les films ou faire apparaître des choses. Mais c’est parfois totalement déjanté comme si mon cerveau faisait un mélange des Bisounours, Westworld et le Seigneur des Anneaux (ou autre selon ma dernière lecture ou la série devant laquelle je me suis endormie). Ce sont ceux dont je me souviens très facilement (et après je me pose des questions toute la journée du pourquoi j’ai inventé un truc pareil).

Par exemple, il n’y a pas longtemps, j’ai rêvé que j’étais avec des amies (identité inconnue) et qu’on allait chez l’une d’elles. Le quartier par lequel on passait était presque en ruines, il faisait gris et je devais regarder où j’allais. Mes amies passaient comme si de rien n’était mais je ne comprenais pas comment elles faisaient parce qu’au sol il y avait d’énormes trous. Pas les trous qui bousillent les roues de nos voitures, non, non, des trous dans lesquels on peut tomber, avec de l’eau qui coulait à environ trois mètres sous nos pieds. Parfois pour passer, les trous étaient tellement grands qu’on devait marcher sur des armatures métalliques toutes rouillées (dans mon rêve c’était ce qu’il y avait en dessous du béton de la route). Le pire du pire c’est quand je sentais sous mes pieds que ça bougeait. Bref, trop bizarre. Si vous trouvez la signification, envoyez-moi un message sur Instagram.

Et pour finir, il y a la quête suprême. Je vais avoir du mal à l’expliquer parce que je ne sais tout simplement pas ce que c’est, mais le schéma est le même à chaque fois. Dans ces rêves, je suis à la recherche de quelque chose de très important qui va absolument tout changer et je dois suivre des étapes. Ce ne sont pas toujours les mêmes mais le point commun c’est que juste avant d’apprendre ce que je dois absolument savoir, je passe par une bibliothèque où je dois trouver la solution pour ouvrir une porte. Evidemment, je ne me souviens jamais de ce qu’il se passe quand je trouve enfin ce que je cherchais. Ces rêves là sont particulièrement enivrants et donc frustrants car au réveil, j’ai toujours cette sensation qu’il se passe quelque chose d’important sans savoir de quoi il s’agit. GRRRR.

Voilà, ce serait long de tout raconter et je vous épargne la partie cauchemars, on les connaît et personne ne les aime. Je ne sais pas si ce que j’ai dit parlera à quelqu’un mais en tout cas, je vais continuer de noter mes rêves et qui sait, peut-être qu’un jour, j’aurai de quoi écrire un roman !

À bientôt !

6. Abradakedavra !
(Ou comment tuer toutes les mauvaises pensées)

Femme assaillie de pensées

Si vous suivez Fanny depuis quelque temps, vous avez déjà dû avoir des prises de conscience. Ça arrive, c’est normal et c’est parfois un peu dur.

Quand on suit un programme, on en a encore plus. Et ça m’est arrivé récemment.

Je me suis rendu compte que j’étais envahie de pensées, littéralement envahie. C’était comme une tornade incessante que j’observais, sans bouger, avant de me faire engloutir (l’engloutissement étant ici une grande fatigue). Le lendemain de cette prise de conscience, je me suis sentie vide (help, où est ma tornade ?) mais je me suis rapidement rendu compte que ce calme nécessitait des soins de ma part.

Si quelque chose me tracasse, BOUM ouragan, si je suis fatiguée, BAM tsunami et si je suis en colère, PAF tempête bretonne ! Donc, quand je vois l’ouragan s’approcher, au lieu de rester tranquillement sur les lieux en attendant de me faire emporter, je dis stop, et je pars en courant.

Ok, ce n’est pas ma meilleure métaphore mais voici ce que je voulais dire :

  1. Être suffisamment attentive pour me rendre compte que je commence à me faire submerger par mes pensées.
  2. Avada Kedavra ! C’est peut-être un sort interdit dans Harry Potter, mais c’est une super formule magique pour faire taire toutes ses pensées et avec le ton s’il vous plaît (abradakedavra !!!!!).
  3. Agir pour un retour au calme. Lorsque je suis envahie, c’est souvent que je faisais quelque chose et que je me suis déconcentrée au point de ralentir, ralentir, ralentir jusqu’à l’arrêt total (c’est un peu le symptôme). Je me mets donc à lire, regarder un film (joyeux de préférence) ou je vais faire du sport pour recentrer mes pensées sur le présent. L’idéal, ce serait que je médite, mais ça c’est une autre histoire.
  4. Auto-félicitations ! Mes pensées sont alors aussi fluides qu’un petit ruisseau (sans barrage).

Évidemment, ça ne se passe pas toujours comme prévu. Je grogne parfois tout l’après-midi avant de me rendre compte que je suis totalement à côté de ce qui se passe dans le présent. C’est d’ailleurs un vaste sujet : le fait de vivre dans le présent (encore un point sur lequel travailler).

 

Autre histoire : la méditation

Je vais être brève mais, en gros, j’ai un problème avec la méditation et je dois y remédier. Dans ma tête, la méditation, c’est tellement vaste et brumeux que je ne sais pas par où commencer (donc je ne commence pas, eh oui). Je dis donc ici-même que dès demain, je me fais un petit tracker de routine (parce que cocher une petite case c’est énormément de satisfaction, en fin de journée). C’est une bonne méthode pour garder la motivation et la petite astuce, c’est de ne jamais louper la routine deux jours d’affilés (ne vous privez pas de dessert si vous loupez une journée…soyez gentil·le avec vous-même).

Oh, je viens de me déconcentrer trente minutes pendant que j’écrivais. J’ai encore un bon bout de chemin à faire !

 

Vais-je réussir à suivre ma routine méditation ?

La suite au prochain épisode.

5. Abracadatchoum

Ah ! L’arrivée du printemps, les belles couleurs des fleurs dans les jardins, le soleil qui réchauffe notre visage, la motivation renouvelée et les projets qu’on a envie de mettre en place.

Quelle belle saison pleine de promesses… sauf quand on est allergique au pollen (ATCHOUM !).

J’ai beau être pleine de motivation pour faire durer mon zou – atchoum, atchoum et atchoum! – il est parfois difficile d’avancer entre mes éternuements. Je n’entends pas toujours ce que dit Fanny parce que soudain, ATCHOUM, et SNIF, le nez qui coule. S’ensuivent les maux de tête et les yeux qui grattent, ce qui n’est, je vous assure, absolument pas pratique quand on est artiste. Impossible de me fier à ma vision qui distord les proportions.

 

Cependant, il n’est pas envisageable de replonger dans le plus sombre des boums. Depuis quelques mois, j’ai quand même intégré ce que Fanny nous dit. Certes, mes yeux ne sont pas au top de leur forme, mais dessiner dans la journée en faisant plus de pauses que d’habitude n’est pas impossible. Tout vient à qui sait être patient. Je m’arme donc de patience, mes dessins avancent et j’essaie de profiter de mes pauses pour faire des choses utiles comme écouter des replays des live de Fanny, ses vidéos YouTube ou lire les articles.

Bon, pendant les pauses, je vais aussi faire du cheval. Je déconseille pour les allergies mais il faut quand même faire du sport !

 

À ne pas faire :

  • Regarder 10 épisodes à la suite de la série du moment (ou de n’importe quelle série d’ailleurs)… Yeux rouges et douloureux garantis.
  • Si on joue aux jeux vidéos, il faut se donner une limite de temps (tout comme les séries).
  • Lire dans le noir (j’adore, mais ce n’est pas le plus malin à faire, sauf si on a une liseuse)

 

Ce que je fais pour garder la motivation malgré la fatigue que peuvent provoquer mes chères allergies :

  • Suivre les journées de Fanny en story sur Instagram (ça m’émerveille toujours). Je suis également d’autres comptes d’artistes et d’entrepreneuses qui m’inspirent et me motivent au quotidien. Trouvez vos modèles !
  • Lire des livres. Qui n’a pas envie d’avoir l’efficacité d’Hermione Granger ?
  • Regarder des documentaires et interviews de sportifs de haut niveau ou d’artistes. C’est particulièrement inspirant de voir le travail abattu chaque jour par ces personnes.

 

Et voici mon conseil ultime : aller à la pharmacie ! On n’est pas obligés de subir le pollen ! Aux armes !

4. Abracadazou

Dans Abracadaboum, je vous avais donné mon kit pour un bon zou. C’était la théorie, j’ai testé et j’ai trouvé d’autres bonnes techniques pour un bon petit zou !

  1. Avoir une perspective qui vous fait sourire à tous les coups. Alors, pour vous, c’est peut-être le pot de Nutella en rentrant à la maison (perspective courte) ou les vacances à Hawaï dont vous rêviez, mais pour moi, c’est le petit chien que je vais avoir dans deux mois. J’en rêvais depuis des années, et le voilà, il est né et il grandit. À chaque fois que je regarde sa photo, je souris toute seule et je me remplis d’amour. Et ça remotive ! J’ai commandé plein de livres pour savoir comment l’éduquer (et m’éduquer moi aussi), je me motive à me lever plus tôt, je prépare mon quotidien et je veux gagner pleiiiiin de sous pour lui acheter des jouets. Yeah !

 

  1. Avoir une réserve de biscuits sous la main. Je retourne en enfance depuis quelques jours. Ma maman m’a acheté des Nutella & GO (on en trouvait aux caisses quand j’étais petite). Mon objectif est le même qu’auparavant, finir tout le Nutella en même temps que les bâtonnets et c’est tout un art. Retrouver ce qui nous réconfortait quand on était enfants, c’est un sentiment de dingue. Testez.

 

  1. Prendre le temps de prendre soin de moi. Fanny m’a conseillé d’écrire mes rêves et d’écrire mes gratitudes. Pour l’instant, je ne me rajoute pas d’autres choses à écrire le matin ou le soir. J’ai des difficultés à tenir les routines donc je veux prendre le temps d’intégrer ces nouvelles habitudes, de ne plus louper un seul jour avant d’étendre mes temps d’écriture. Ma routine du soir du moment c’est : soin de la peau, écrire mes gratitudes, petit pschitt de brume d’oreiller et lecture avec ma playlist chant de baleines. Je dors super bien après…

 

  1. S’occuper, sortir pour des activités et penser concret. Rien de tel que le sport pour s’ancrer dans la réalité ! No problem : j’accumule les activités au centre équestre. Je suis tellement courbaturée en fin de semaine que je marche comme un cowboy ! Le point positif, c’est que ça oblige à sortir de son antre et à voir la lumière du jour (exit les après-midi télé sous la couette avec un paquet de Schoko-Bons). Autre technique : quand mon esprit dérive vers de lointaines contrées, j’écoute un live de Fanny, un audio d’affirmations ou je me plonge dans un livre sur mon activité.

 

Attention ! Un zou ne garantit pas de ne plus avoir de boum. Prenez soin de vous, ne laissez pas votre esprit vous torturer et soyez patient·e.

La prochaine fois, ce sera un abradacada…quoi ? L’avenir nous le dira !

3. Abracadaboum

Je me suis un peu cassée la figure. Il y a deux semaines, l’artiste entrepreneuse en moi était à fond, super motivée, 200.000 idées à la seconde, une organisation se mettait en place, Fanny m’avait donné des conseils pendant le live que j’avais trop hâte d’essayer, quand soudain, BOUM. 

BOUM, ça veut dire que je me suis soudain retrouvée sous ma couette et mes quatre couvertures, le cerveau à la fois totalement vide et surchargé. J’ai également excellé dans l’art de la sieste, du « je ne veux rien faire » et de l’auto-lamentation. En bref, ma productivité a soudain été réduite à zéro. Evidemment s’ensuit une certaine culpabilité, une insatisfaction et de la colère.

 

Le kit pour un BOUM parfait : 

 

  • Couette et couvertures épaisses et larges, permettant de se cacher facilement
  • De la pluie, s’il vous plaît Monsieur Météo
  • Un chat qui refuse toute tentative de câlins, ça renforce le sentiment de solitude
  • Boire un café avant de dormir pour favoriser l’insomnie
  • Un bouquin déprimant où l’héroïne s’ennuie autant que le lecteur
  • Une épidémie mondiale à la The Walking Dead

Sauf qu’à un moment, non, non et non, il y en a marre de ne rien faire du tout. Donc, je me suis remise à faire un petit pas chaque jour. J’ai eu une énorme prise de conscience lorsque Fanny m’a appelée. J’étais partie pour un sprint alors que je devais me préparer pour un marathon. Je me suis épuisée, stressée, inquiétée, surchargée et c’était intenable dans la durée. Alors Fanny m’a donné une citation : tout vient à point à qui sait être patient. Je comprends maintenant, et je n’en avais pas conscience avant, qu’il vaut mieux que je fasse une petite action chaque jour, un petit progrès plutôt que de m’épuiser sur un court laps de temps en chargeant ma to do list. J’ai donc décidé d’être gentille avec moi-même, de m’amuser et de prendre du plaisir. 

Abracadazou, allez zou, c’est reparti ! 

 

Le kit pour mon ZOU : 

 

  • Prendre le soleil et sortir de son antre
  • Un pas après l’autre, faire avancer son entreprise en prenant du plaisir
  • Avoir plein de post-it avec les conseils de Fanny et des photos inspirantes (j’adore les post-it, pas vous ?)
  • Des bouquins motivants (Harry Potter ?)
  • Un café le matin (c’est beaucoup mieux que le soir)
  • Une brume d’oreiller pour bien dormir (merci maman !) 

 

Je vous tiendrai au courant !

2. Abracadabra!

Aujourd’hui, je voulais vous écrire un bilan de mes deux premiers mois dans la formation. Mais je me suis rendu compte qu’un bilan ne rendait pas exactement justice à ce qui s’est réellement passé. Eh oui, contrairement à une formation classique, Fanny ne nous fait pas de bulletins et ne nous donne pas de bons points. Le but de Fanny, c’est de changer notre vie. 

Pour moi, ça a été assez rapide et inconscient. Changer de vie, en fait, c’est assez facile. On n’a pas besoin d’avaler dix encyclopédies pour comprendre tout à tout, de révolutionner son quotidien en faisant 6h de sport par semaine et en mangeant super healthy* alors que tout ce qu’on veut, c’est du chocolat. 

*Sain.

Non, non et non, ce n’est pas nécessairement difficile. Une petite pensée par-ci, une petite action par-là, un soupçon de théorie, un chouïa d’introspection et abracadabra : nouvelle moi ! Et c’est en réfléchissant à ce que j’allais écrire que je m’en suis rendu compte.

 

Par exemple, je suis allée au centre équestre hier et j’ai une marge de progrès à faire sur certains points. « La moi d’avant » se serait torturé les méninges toute la soirée en se disant qu’elle devrait arrêter, qu’elle est nulle et BLA-BLA-BLA (ne l’écoutons plus !). « La moi de maintenant » est allée faire un débriefing avec la monitrice pour savoir sur quels points travailler pour s’améliorer. 

Autre exemple (je sais que vous adorez ça), j’ose poster sur Instagram sans me sentir ridicule. Les premières fois, j’ai eu envie de me cacher sous la couette, de peur que quelqu’un me tape sur la tête en me disant que ce que je faisais c’était n’importe quoi (mais quelle idée ?). 

 

Ce que je voulais dire, c’est qu’en y réfléchissant, je suis émerveillée par ce qu’il se passe en moi depuis deux mois. J’ai vraiment hâte de voir où cela va me mener avec mon entreprise, mais je suis certaine que ce sera forcément vers une meilleure version de moi. 

Bon, maintenant que c’est dit, je vous laisse, je dois continuer de progresser. 

 

Shana

 

Ps : Lisez le livre Influence et manipulation de Robert Cialdini, c’était ma lecture de la semaine (conseillée par Fanny) et c’était trop bien ! (Pour tout savoir sur le livre, c’est ICI!)

1. Moi, c’est Shana!

Shana, 20 ans. 

C’est peut-être un peu trop concis. Je vais donc en dire un peu plus. 

 

Hello ! Je m’appelle Shana, j’ai 20 ans (jusque là, rien de nouveau) et je suis la formation de Fanny Huleux : « Libre & Heureuse ». J’ai décidé d’arrêter mes études universitaires et de créer mon entreprise de création de contenus et d’illustration, de créer ma vie de rêve et de faire de l’Univers mon meilleur ami. Pour cela, je surfe sur la loi d’attraction (ça fonctionne merveilleusement bien, j’ai l’impression que c’est Noël tous les jours) et je fais les exercices que nous donne Fanny (quelle bonne élève je fais !). 

 

Petites anecdotes sur moi : 

  • J’ai un chat qui s’appelle Ice, des poissons qui ont des noms aussi et un demi-cheval (c’est long à expliquer)
  • Donc je fais de l’équitation (depuis que je suis toute petite)
  • Je ne parle pas avant d’avoir bu mon café le matin (ou le midi)
  • Quand j’entre dans une librairie, je ne peux pas m’empêcher d’acheter au moins un livre
  • J’adore les jeux vidéo et ils sont une source d’inspiration  
  • Je sais faire des maquillages à effets spéciaux extrêmement repoussants mais c’est tellement salissant que je n’en fais pas souvent
  • Je déteste perdre aux jeux de société
  • Ma maman, c’est la meilleure. 

 

Ma mission ici sera de vous raconter mes aventures pendant la formation (je maîtrise l’art des rebondissements, ça sera intéressant, promis). 

Sur quels exercices j’ai bloqué ? Qu’est-ce que Fanny a dit cette semaine pour me faire ouvrir des yeux ronds comme des soucoupes ? Quels sont mes exercices favoris ? Vous aurez accès à TOUT (ou presque). 

 

À bientôt, tenez-vous prêts ! 

 

Shana