Avez-vous déjà l’impression de toujours dire oui ? Peut-être avez-vous du mal à imposer votre « non », surtout sans vous sentir coupable par la suite ? Peut-être trouvez-vous que vous mettez de côté vos propres priorités tout en disant « oui » aux autres ? Cela peut causer du stress, car vous vous chargez trop de responsabilités.

Il peut être très difficile de dire « non » aux gens, surtout si vous aimez plaire de manière générale. Vous pouvez également avoir le sentiment que vous devez dire « oui » pour ne pas être jugé ou que vous avez l’impression qu’une personne est fâchée contre vous. Cependant, vous n’êtes pas toujours obligé de dire « oui » et vous n’avez pas besoin de vous sentir coupable de dire « non » plus.

 

6 conseils pour ne pas culpabiliser

Je vais vous parler de la façon dont vous pouvez dire « non » sans vous sentir coupable. Dans certains cas, vous voudrez dire oui, notamment si cela vous provoque de la joie ou que vous devez une faveur à quelqu’un.

Cependant, vous détenez aussi le droit de refuser. Vous ne pouvez pas faire plaisir à tout le monde. Tant que vous restez poli et respectueux, vous ne devriez pas avoir de problèmes. Si ca en devient un, alors cette personne pourrait ne pas être un véritable ami et vous devrez en prendre conscience.

Voici mes 6 conseils pour dire « non » sans se sentir coupable.

La culpabilité et le péché ne sont que peurs du passé.

Curtis

1. Reconnaître que vous ne pouvez pas tout faire

Si vous dites toujours « oui », vous n’aurez pas assez de temps pour effectuer vos priorités. Cela vous causera du stress et de l’inquiétude.

Assurez-vous que tout ce que vous acceptez soit un choix et que vous désirez réellement faire. Si votre agenda chargé, ne vous alourdissez pas davantage. Vous devez savoir qu’il est convenable de refuser les requêtes de vos proches.

Connaissez vos priorités et n’autorisez personne à empiéter sur votre programme. Vous êtes en droit de mener votre vie comme vous l’entendez et d’exiger le respect.

 

Petite astuce personnelle :

Mon téléphone est désormais éteint une bonne partie de la journée. Lorsqu’il est allumé, toutes mes notifications sont désactivées. Cela me permet d’être plus productive et qu’on ne m’envahisse pas avec les « urgences » de mon entourage. Croyez-moi, on ne m’ennuie plus pour rien et j’en suis très heureuse. Ma famille et mes amis connaissent mon mode de fonctionnement et s’en accommodent très bien — je ne laisse aucune autre alternative.

Jamais on est coupable quand on n’a pas l’intention de l’être.

Sénèque

2. Offrir une alternative

Offrir un moyen alternatif est une excellente façon de pouvoir exprimer votre refus. Même si vous ne pouvez pas les épauler directement, vous leur proposez toujours une suggestion ou une solution qui les aidera.

L’individu, dans son angoisse non pas d’être coupable, mais de passer pour l’être, devient coupable.

Kierkegaard

3. Dire non sans s’excuser

Cela peut paraître effrayant au début, cependant, cela deviendra beaucoup plus facile avec de la pratique. Ce n’est qu’une habitude à prendre.

Vous devez reconnaître que vous n’avez pas besoin de vous excuser constamment, ce n’est pas une obligation ! S’excuser signifie que vous êtes coupable de quelque chose et dire non à quelqu’un n’est pas punissable.

Encore une fois, vous n’avez pas à paraître impoli. Vous pouvez même proposer autre chose. Par exemple : « C’est génial que vous organisiez une fête surprise pour notre ami, je n’ai pas le temps aujourd’hui de vous aider à obtenir des décorations, mais j’apporterai un gâteau pour la fête. » Vous ne vous excusez pas, mais vous offrez autre chose quand vous ne pouvez pas faire autrement.

Chercher à se justifier quand on est innocent, c’est se rendre coupable.

Proverbe persan

4.Comprenez pourquoi vous avez du mal à dire non.

Saisir pourquoi vous n’arrivez pas à lâcher vos « non » peut contribuer à la transformation de vos vieilles manières. Si vous savez ce qui vous empêche de vous imposer, vous deviendrez plus rationnel à propos de la situation et vous la verrez sous un nouvel angle.

Serait-ce parce que vous craignez d’être jugé ? Vous pensez peut-être que la personne à qui vous dites « non » sera fâchée contre vous ? Si c’est votre cas, vous devrez peut-être vous séparer de cette personne. Vous en rencontrerez d’autres, plus agréables et plus positives.

Mieux vaut une conscience tranquille qu’une destinée prospère. J’aime mieux un bon sommeil qu’un bon lit

Victor Hugo

5. Connaissez votre valeur

Vous devez prendre conscience de votre propre valeur. Si vous ne pouvez pas dire non, c’est en partie parce que vous cherchez à obtenir la validation des autres ou que vous ne voulez pas qu’ils soient contrariés à cause de vous. Ils pourraient vous juger et vous abandonner.

Cependant, si vous dépendez de l’approbation de quelqu’un, il est probable que vous estimez que son opinion puisse être plus importante que la vôtre. Cela signifie également que les autres ont plus de valeur que vous. Cela n’est pas acceptable ! Vous devez absolument prendre conscience que vous êtes précieux.

L’estime de soi est extrêmes important, c’est pour cela que j’ai créé une formation sur ce thème. Votre vie entière est influencée par celle-ci.

Le monde ne vous donnera jamais que la valeur que vous vous donnez vous-même.

Joseph Murphy

6. Avoir une phrase de référence prête à dégainer  

Créez-vous des phrases en avance est extrêmement utile, surtout si vous n’êtes pas très doué en improvisation. Écrivez plusieurs réponses alternatives et apprenez-les par cœur. Ainsi, vous n’aurez plus à réfléchir lorsque les demandes se pointeront.

Voici un exemple de phrase à utiliser : « Merci de m’avoir demandé, j’ai malheureusement d’autres engagements, je ne pourrai donc pas vous aider. »

Ne vous laissez pas envahir par les autres, même votre propre famille. Nous possédons tous des chemins de vie différents et vous ne pourrez jamais satisfaire à tout le monde. Soyez toujours fidèle à vous en priorité. Vous êtes et resterez toujours la personne la plus importante de votre existence. 

Si vous éprouvez de la culpabilité envers vos parents, rappelez-vous que c’était leurs choix d’avoir des enfants et d’en assumer les conséquences. Vous n’avez pas à porter leurs poids sur vos épaules. Je vois beaucoup de femmes coincées dans des schémas à devoir faire plaisir à leurs familles. Vous n’avez pas à payer leurs choix. Malgré l’amour d’une famille, vous restez un être à part entière.

“La préparation prime l’action.”

Guy Zimmerlich 

Conclusion :

Je vous invite à relire les différents paragraphes ci-dessus, à déterminer vos priorités et à vous créer une petite note « memo » que vous pouvez consulter régulièrement.

Engagez-vous à vous respecter et à oser vous protéger convenablement. Tout est toujours dans le respect de soi-même. Autorisez-vous à vivre pour vous d’abord, vous serez ensuite plus apte à aider les autres dans leurs démarches.

Posez vos questions dans les commentaires si vous en avez et je serai heureuse d’y répondre.

Je vous demande de partager cet article à une personne qui mériterait de prendre soin d’elle.

Je vous souhaite une belle journée.

Avec tendresse,

Fanny

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  

Recommended Posts

2 Comments

  1. Merci infiniment pour ce merveilleux article!

    • Merci Mara 🙂


Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *