Skip to content

Les émotions et l’intelligence émotionnelle

Écrit par Rédaction

Les émotions conditionnent notre comportement et ont une influence sur tous les domaines de notre vie. Si les émotions et leur expression sont universelles, les émotions que l’on ressent face à une situation donnée sont propres à chacun et dépendent de notre monde interne. Devant un événement similaire, chacun réagira à sa façon, selon sa propre carte du monde.

L’inconscient détecte des éléments que nous ne percevons pas consciemment, les émotions les signalent et les révèlent, à la façon d’un tableau de bord. Les reconnaître permet donc d’obtenir des informations essentielles, dont il est nécessaire de tenir compte. A contrario, savoir les réguler et ne pas prendre de décisions importantes en étant dirigé.e uniquement par ses émotions est tout aussi essentiel. Écouter ce que les émotions ont à nous dire puis prendre du recul sur ce que nous éprouvons permet de ne pas sur-réagir et de rester focus sur ses objectifs.

 

Quelles sont les émotions primaires ?

 

Les émotions primaires sont la joie, la colère, la peur, la tristesse, la surprise et le dégoût. Elles ont en commun leur caractère automatique et la rapidité de leur apparition. D’autres émotions, secondaires, apparaissent plus tardivement, d’autres encore, comme l’amour, seraient une combinaison de plusieurs émotions primaires.

Si l’on a tendance à parler d’émotions négatives ou positives, elles ont toutes une fonction : c’est l’interprétation que l’on en fait qui les rend agréables ou désagréables. Les émotions sont des réactions du corps à des stimulus ; la peur, par exemple, nous signale un danger. Le corps se prépare à fuir ou à attaquer : le sang afflue dans les muscles et l’adrénaline augmente pour augmenter la vitesse de la course et la puissance, le rythme cardiaque s’accélère et prépare l’effort. Selon les études, elle ferait même son apparition après les réflexes de fuite et serait donc déclenchée par la réaction physique.

Il est important d’identifier ses émotions car elles nous permettent de réagir de façon adaptée à notre environnement.

 

 

Le paradoxe émotionnel et la prise de décision

 

Les émotions, si elles augmentent les chances de survie et d’adaptation au milieu et à diverses situations, peuvent également nous pousser à agir contre notre intérêt.

Le neurologue américain Antonio Damasio a démontré qu’elles étaient indispensables pour gérer vies personnelle, relationnelle et professionnelle et aident à prendre des décisions qui ne sont pas forcément rationnelles : choisir de lire un livre plutôt qu’un autre, de manger une pomme et non une banane, de réserver un séjour, etc.

A contrario, elles peuvent aussi nous jouer des tours, en nous poussant à agir de façon irrationnelle, justement, et à avoir des comportements inadaptés aux situations que nous vivons, la colère étant, par exemple et comme le dit le dicton, plutôt mauvaise conseillère.

 

 

L’intelligence émotionnelle

 

Comment alors gérer nos émotions ? L’intelligence émotionnelle est la capacité à optimiser l’utilisation de nos émotions ; pour cela, il est nécessaire de les identifier, de les comprendre, de savoir les exprimer, de les réguler et de savoir composer avec celles des autres. Cette capacité à gérer ses émotions est essentielle car elle joue sur notre attitude au travail, nos relations sociales et notre santé.

L’intelligence émotionnelle peut être mesurée par un test de QE (quotient émotionnel).  Il est encore plus associé à la réussite que le test de QI, qui, lui, mesure l’intelligence. C’est ce qui explique que les personnes les plus performantes soient parfois moins intelligentes que d’autres, qui réussissent moins bien.

L’intelligence émotionnelle peut se travailler et les modèles comportementaux, liés à l’intelligence émotionnelle, s’ils sont inadaptés, peuvent être reprogrammés, ce que fait d’ailleurs Fanny Huleux dans ses différents programmes.

Les signes d’une intelligence émotionnelle élevée : la capacité à revenir sur ses positions (un QE faible pousse à ne voir que les éléments qui vont dans le sens de la première décision, liée à l’émotion), une bonne gestion du stress, une capacité à s’affirmer sans s’énerver, un vocabulaire émotionnel développé, une capacité à ne pas focaliser sur les erreurs passées, etc…

 

Pour travailler sur vos émotions et augmenter votre quotient émotionnel, nous vous conseillons les programmes suivants :

Share on facebook
Partager sur facebook
Share on linkedin
Partager sur linkedin
Share on twitter
Partager sur Twitter
Share on pinterest
Partager sur Pinterest

MéDITATIONS GRATUITES

En quête de confiance interne, de courage pour traverser tes peurs ?
 
Inscris-toi à ma newsletter et reçois trois méditations guidées en cadeau !

Revenir sur le cœur - Se connecter à son guide interne - Visualiser le futur