Skip to content

Petite leçon de minimalisme
(et de développement personnel)

Écrit par Rédaction

Si le terme « accumulation » vous fait penser à une œuvre de César et non à votre chambre d’amis, transformée, au fil du temps, en quincaillerie des années 80, en souk marocain ou en zone sinistrée, vous procédez probablement de temps en temps à un tri. Cela vous permet de vous délester des objets n’ayant plus aucune utilité, des souvenirs ramenés par votre tante Adèle de ses voyages lointains, des vêtements attendant un hypothétique raccommodage, de vos BD d’ado, du sombrero tellement mignon au Mexique il y a dix ans (vous avez gardé toutes les photos qui le prouvent) mais beaucoup moins tendance en France… 

Bravo ! Vous n’êtes pas un accumulateur ou une accumulatrice compulsifs ! Mais de là à dire que vous êtes minimaliste, il n’y a qu’un pas il y a quelques kilomètres.

 

Le minimalisme, c’est quoi ?

 

Le minimalisme, tendance qui nous vient du Japon mais qui trouverait ses origines dans la Grèce antique ou le bouddhisme, selon les sources, propose de limiter les objets au minimum vital en procédant en premier lieu à un grand tri puis en limitant ses achats à l’essentiel.

Ne resteront alors que quelques meubles, peu de vêtements, des objets utiles au quotidien, un téléphone portable, une liseuse et un ordinateur, permettant de stocker en ligne photos et documents administratifs… 

 

L’objectif :

Passer d’un intérieur encombré à un intérieur dépouillé et (facilement) rangé et  d’habitudes de vie liées à la société de consommation à des habitudes de vie centrées sur l’essentiel.

 

La méthode :

On jette, on donne ou on revend les livres qu’on ne lit pas, les ustensiles qui ne servent pas (ce saucier jamais utilisé, oust !), les vêtements non portés, etc.

 

Les chiffres :

Le foyer américain moyen contient environ 300 000 objets, les minimalistes se limitent à environ 500 objets, 200 même pour certains puristes. Le chiffre qui fait peur : au cours de notre vie, nous consacrons environ un total de 3 680 heures (153 jours) à chercher des objets égarés. Nous perdons jusqu’à neuf objets par jour (198 743 pendant notre vie). En tête de liste : le téléphone et les clés.

 

Les avantages :

En plus d’un gain financier évident, le mode de vie minimaliste permet un gain de temps conséquent au quotidien (entretien facilité et moins d’objets égarés). Les minimalistes évoquent également une vie plus heureuse, centrée sur l’essentiel, un environnement zen, du temps consacré aux voyages, à la lecture et aux loisirs plutôt qu’aux tâches ménagères.

 

Les dérives :

Devenir addict au désencombrement, s’éloigner de ceux qui n’ont pas choisi ce mode de vie, rester prisonnier de la surconsommation (en achetant toujours beaucoup mais en limitant la durée de vie des objets achetés)… 

 

Le minimalisme du point de vue du développement personnel…

 

Si l’accumulation compulsive d’objets est révélatrice d’une peur de manquer et d’une incapacité à lâcher le passé, le minimalisme, poussé à l’extrême, peut être révélateur d’une peur d’être envahi·e et d’une volonté de garder le contrôle. 

Si vous souhaitez adopter un mode de vie minimaliste ou vous en approcher, il est donc essentiel de vous interroger sur vos motivations et de ne pas vous enfermer dans un mode de vie qui s’éloignerait du concept de base en oubliant son objectif : vivre mieux. 

 

Tout est question d’équilibre.

Sans tomber dans un extrême (objectif : vivre avec 50 objets), trier et se délester d’objets dont on ne se sert plus est une excellente idée… 

 

Trois principes à retenir : 

  1. Ranger son extérieur, c’est ranger son intérieur : mettre de l’ordre dans votre lieu de vie va vous permettre de mettre de l’ordre dans vos pensées. L’extérieur et l’intérieur s’harmonisent… Vous ne souhaiteriez pas que votre esprit ressemble au grand capharnaüm d’une chambre d’adolescent désordonné, n’est-ce pas ? 
  2. Trier, c’est s’alléger du passé : est-il vraiment nécessaire de garder les chaussettes oubliées par votre ex, le poème écrit par votre premier amour (vous aviez cinq ans), les mouchoirs à carreaux de votre grand-père et le vase cassé hérité de votre grand-tante ?
  3. Les objets que vous gardez doivent provoquer une émotion positive quand vous les regardez (ou être utilitaires) : cette lampe qui vous rappelle la cousine que vous détestez parce qu’elle vous a humilié·e au mariage de son frère, pourquoi la garder ? En effet, les ancrages, associations inconscientes entre un objet, une situation, une odeur, etc, et une émotion, influent sur notre état d’esprit de façon positive ou négative. Mieux vaut alors s’assurer d’avoir un environnement exempt d’ancrages négatifs.

 

Trois choses à éviter :

  1. Se débarrasser à contre-coeur du mannequin de couture d’une grand-mère que vous aimiez beaucoup pour adhérer à un concept n’est sans doute pas une bonne idée.
  2. Comptabiliser tout ce qui se trouve dans votre logement (vous n’avez pas mieux à faire ?) et vous fixer un nombre d’objets à ne pas dépasser (vous risquez de devoir choisir entre garder un mixeur ou garder une cocotte-minute).
  3. Aller contre ses envies profondes en adhérant à un concept qui ne vous convient pas : il faut réfléchir à ses valeurs et à sa vie, telle qu’on la souhaiterait, pour aller vers ce qui est bon pour soi.

 

Jouons un peu !

Se faire une idée du nombre d’objets contenus dans une maison n’est pas chose facile… Commencez par compter le nombre d’objets posés sur votre bureau, par exemple, ou par évaluer sans les compter le nombre d’objets visibles dans cette cuisine (Réponse ci-dessous).

  1. Entre 0 et 10 (Euh… vous êtes sûr·e ?)
  2. Entre 10 et 30.
  3. Entre 30 et 50.
  4. Entre 50 et 80.
  5. Entre 80 et 100.
  6. Plus de 100.
  7. Plus de 1000 (Vraiment ?)

 

Le bon programme pour ranger son intérieur (l’extérieur, c’est vous !): 

 

La bonne idée pour définir ses objectifs et être en accord avec ses valeurs : « Ma routine miraculeuse » de Fanny Huleux, en vente sur Amazon.

 

Réponse au jeu : Réponse 6… ce qui vous donne une petite idée du nombre d’objets contenus dans votre propre cuisine. Quels objets garderiez-vous parmi ceux qui sont présentés sur cette photo ? Aucun, quelques-uns, la plupart ou tous ?

Share on facebook
Partager sur facebook
Share on linkedin
Partager sur linkedin
Share on twitter
Partager sur Twitter
Share on pinterest
Partager sur Pinterest

MéDITATIONS GRATUITES

En quête de confiance interne, de courage pour traverser tes peurs ?
 
Inscris-toi à ma newsletter et reçois trois méditations guidées en cadeau !

Revenir sur le cœur - Se connecter à son guide interne - Visualiser le futur