Skip to content

Un fauteuil et un livre: Méditer à travers l’Art avec Soizic Michelot

Écrit par

« Parce que changer le monde peut difficilement faire l’économie d’un regard sur soi-même, parce que sans cela, nous courons le risque de reproduire encore et toujours les mêmes erreurs individuelles et collectives, la méditation a plus que jamais son rôle à jouer dans l’écosystème.

Sans prendre le mal à la racine, autrement dit sans prendre le temps de contempler notre propre egosystème et de le transformer, nos actions, aussi engagées soient-elles, ont malheureusement peu de chances d’être durables. » Soizic Michelot

 

Soizic Michelot, que vous pouvez (re)découvrir en lisant CET ARTICLE et en cliquant sur la bannière pour écouter son interview, est l’auteur de plusieurs livres : « Haïku, Petits chants de la pluie et du beau temps » et « Méditer à travers l’Art – 100 œuvres pour faire l’expérience de la Pleine Conscience », que nous vous présentons aujourd’hui.

 

La genèse du livre et les intentions de l’auteure

Pour Soizic Michelot, ce livre répond à un besoin : donner un nouvel espace iconographique à la méditation, ajuster et parfois même contrer les représentations actuelles véhiculées par les médias. Des représentations souvent trompeuses, trop axées sur le bien-être individuel et surtout trop éloignée de l’essence de la pratique méditative (Soizic Michelot développe ce sujet dans notre premier article).

Ce livre a été écrit autour des questions centrales suivantes : « Comment représenter la méditation ? » et « Comment faire de ces représentations des supports d’inspiration pour soutenir notre cheminement méditatif ». Bien qu’il soit complexe de mettre en images l’expérience intérieure, par définition invisible pour les yeux, c’est ce que ce livre parvient à faire en associant textes et œuvres. La méditation prend ici une forme plus perceptible, même à des yeux non-initiés.

Pour le concevoir, Soizic Michelot est partie des images. Des images qu’elle archivait depuis des années, qui avaient toutes pour fil rouge l’univers de la pratique méditative. L’auteure a peu à peu agencé ces images pour constituer des galeries, celle du silence, celle des pensées, celle de la compassion…

Ce musée imaginaire* de la conscience s’est composé naturellement. Soizic Michelot a ensuite écrit les textes qui accompagnent les œuvres et qui témoignent de sa vision et de son expérience de la méditation de pleine conscience.

*Une référence au Musée imaginaire d’André Malraux.

 

 

Les différentes « galeries »

  • Tourner le regard vers l’intérieur
  • Rencontrer la folie de l’esprit
  • Lutter ou danser
  • Sortir du cadre
  • Méditer sur l’impermanence
  • Contempler l’évanescence
  • Porter un autre regard sur les pensées
  • Représenter l’esprit
  • Interroger le réel
  • Interroger le Moi
  • Peindre le (temps) présent
  • Agir sans agir
  • Cultiver la candeur
  • Se contenter d’être
  • Représenter la compassion
  • Autoriser la vulnérabilité
  • S’asseoir pour s’engager
  • Éviter les pièges
  • Revenir au silence

 

Comment lire ce livre ?

Ce livre est conçu comme une promenade à travers l’art, une expérience de contemplation – pour les non-initiés comme pour les initiés – et comme un chemin permettant au méditant de se ressourcer et de s’inspirer.

Soizic Michelot conseille de se laisser porter, de prendre le temps d’apprécier ce voyage au cœur de l’art et de la Pleine Conscience, sans chercher à tout comprendre, mais en se laissant imprégner par les couleurs, les ambiances, les paysages.

Ce voyage peut se faire en suivant la chronologie du livre mais aussi en piochant au gré de ses envies d’un chapitre à un autre. Véritable invitation à la réflexion sur la pratique méditative, sur les questions fondamentales liées à notre humanité, cet ouvrage permet aussi de « décoder » les œuvres et de leur donner une toute nouvelle interprétation.

 

L’avis de Fanny Huleux

« C’est l’un de mes livres de chevet, il me force à me poser. Il amène une réflexion sur des sujets que je trouve essentiels, déconnecte de ce que l’on vit et l’œuvre nous sort du côté trop analytique occidental. Je le recommande fortement. » Fanny Huleux

 

 

Promenez-vous dans le livre…

Avec cette œuvre d’Albert Wu (2015): « Invisible Girl ».

 

Que vous évoque cette œuvre d’art ? Soizic Michelot nous amène, via cette photographie, à réfléchir sur nos limites, celles de notre corps et celles de notre identité… pour parvenir à la joie de voir ces limites s’estomper et ne former qu’un tout avec l’Univers (en partant d’une pratique de méditation issue du bouddhisme tibétain).

 

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur Twitter
Partager sur Pinterest

événements

youtube

MéDITATIONS GRATUITES

En quête de confiance interne, de courage pour traverser tes peurs ?
 
Inscris-toi à ma newsletter et reçois trois méditations guidées en cadeau !

Revenir sur le cœur - Se connecter à son guide interne - Visualiser le futur