Skip to content

10. Persévérance

Écrit par Léna

Ce que m’a appris « Mario Odyssey »…

 

Lorsque j’étais plus jeune, je me rappelle qu’on me qualifiait de battante. Moi-même, je me sentais fonceuse et persévérante.

Et puis un jour, en me retournant, j’ai pris conscience que j’avais laissé cette part de moi loin, très loin derrière. Je ne sais pas trop quand ni pourquoi, mais ce jour-là, je suis devenue inconstante et encline à l’abandon.

Ce sujet, je l’ai déjà abordé dans plusieurs de mes textes. C’est une thématique qui me préoccupe, c’est un comportement sur lequel je travaille et qui me demande beaucoup de discipline.

 

La persévérance, je l’apprivoise un peu plus chaque jour, grâce à mes routines. Je danse avec elle. Et même si, parfois, je lui suis infidèle, je reviens toujours à elle.

 

Depuis quelques mois, j’ai arrêté de regarder des séries TV, auxquelles j’étais devenue « dépendante » au cours des dernières années. Cela m’a permis d’être plus responsable de mes émotions, et de gagner chaque jour de précieuses heures de sommeil.

Contrairement à mon partenaire, je ne joue jamais aux jeux vidéo. J’ai bien trop peur de devenir accro.

Alors lorsqu’il est revenu un soir avec le jeu Switch « Mario Odyssey », « pour qu’on puisse jouer ensemble », j’ai vu la tentation d’un mauvais œil. Mais désireuse de comprendre et partager sa passion, j’ai essayé.

Au début, je découvrais, choquée, le nombre de minutes, devenues heures, que nous avions passés, happés par le jeu.

Mais j’ai été encore plus choquée de voir à quel point j’abandonnais rapidement. À quel point je fuyais ce qui était dur, nouveau et inconfortable. Et à quel point mon comportement dans le jeu n’était que le miroir de celui que j’avais dans la vraie vie.

 

J’ai joué au jeu de la vérité avec moi-même et je n’aime pas vraiment ce que j’y ai découvert.

J’abandonne rapidement, je fuis ce qui est dur, nouveau et inconfortable.

Ouch. Touchée.

 

Cette prise de conscience, à défaut d’être facile à encaisser, me permet de voir les changements opérés en moi.

Je crois qu’il y a quelques mois, je me serais collé cette belle étiquette de lâcheuse sans parvenir à m’en débarrasser. J’aurais été fataliste, résignée, passive. J’aurais essayé d’accepter que c’est dans ma nature, sans vraiment y arriver.

Dans une société où tout doit aller vite, et où le résultat est plus valorisé que le chemin, il m’est difficile d’apprécier les balbutiements des débuts et les difficultés rencontrées.

J’ai développé la croyance que si quelque chose est dur ou inconfortable, ce quelque chose n’est pas fait pour moi. Par conséquent, à quoi bon aller plus loin ?

Plus j’alimentais cette pensée, moins je persévérais, et mes abandons répétitifs confirmaient cette croyance.

 

Aujourd’hui, j’ai les clés pour briser ce cercle vicieux.

Je ne suis pas mes pensées mais je suis responsable de celles-ci, et ce sont elles qui créent mes comportements.

Autrement dit, JE crée mes comportements, les plaisants comme les moins cools.

 

Aujourd’hui, je travaille sur mes pensées, et je recommence autant de fois qu’il le faut pour réussir les niveaux difficiles de Mario. Je m’exerce à appliquer ça dans ma vie de tous les jours, jusqu’à ce que ce soit fluide.

J’apprends à créer les comportements qui confirmeront la croyance que je suis une battante, que je ne lâche jamais rien.

 

La persévérance, c’est mon défi de tous les jours.

Quel est le vôtre ?

Share on facebook
Partager sur facebook
Share on linkedin
Partager sur linkedin
Share on twitter
Partager sur Twitter
Share on pinterest
Partager sur Pinterest

événements

youtube

MéDITATIONS GRATUITES

En quête de confiance interne, de courage pour traverser tes peurs ?
 
Inscris-toi à ma newsletter et reçois trois méditations guidées en cadeau !

Revenir sur le cœur - Se connecter à son guide interne - Visualiser le futur