Skip to content

9. Pause-café: 03:00 P.M

Écrit par Shana

Moment tant attendu, le moment de la pause, le moment où l’on peut se poser, réfléchir à ce qu’on a fait et ce qu’on a encore à faire. C’est à la fois un moment de détente et de bilan. Est-ce que j’ai suffisamment avancé ? On y pense, mais pour l’instant, la réponse importe peu. L’heure de la pause, c’est aussi le moment où nos pensées peuvent s’évader, se perdre, se plaindre ou voyager.

En ce moment, le moment où je bois mon café est le moment de la journée où je suis la plus calme. J’apprécie le goût, le monde qui m’entoure et le fait que je ne sois pas en train de m’inquiéter pour telle ou telle chose. Le problème, c’est que j’aimerais que cette pause ne se termine jamais. Depuis ma rupture, je tourne, je ne suis pas concentrée, je bidouille, je n’avance pas et en conséquent, dès que je me mets à travailler, je stresse et dès que je prends du temps pour me reposer, je culpabilise. Le vide laissé pas l’absence de l’autre me laisse dans un espace de flottement désagréable dans lequel j’ai l’impression que l’unique solution est de m’assoir et de ne rien faire.

Hors, ce n’est pas une option. Fanny nous a demandé de mettre en place une routine extrêmement précise et de la suivre avec une discipline militaire et vous savez quoi ? Avoir une routine me soulage. Savoir ce que je vais faire à tel ou tel moment de la journée me permet de me rassurer, de m’occuper l’esprit. Certaines filles du groupe m’ont même proposé de trouver une « obsession » saine et je pense que je l’ai trouvée. Mon chiot m’occupe l’esprit, quand je me sens mal, il arrive tout courant m’amener un jouet (ok, il le fait aussi quand je travaille mais c’est autre chose) ou il court après un papillon pour me distraire de mes pensées nuisibles. Le matin, au réveil, il est toujours heureux et ça me donne le sourire de le voir attaquer ses journées avec autant d’enthousiasme.

Une routine, un chiot et des lives pour me rappeler les bases qui s’envolent parfois trop facilement et hop, ça va repartir. Oui, quand je parle de bases, je veux dire, par exemple, que si une émotion négative ne passe pas, c’est qu’on l’entretient ou que procrastiner est un moyen de se saboter ou encore que créer une entreprise est une course d’endurance et non pas un sprint. En vrai, n’oubliez pas de revoir les bases, surtout dans les moments compliqués, les replays servent à ça.

La pause-café est terminée, je vais me remettre au travail (et vous aussi ?)

Share on facebook
Partager sur facebook
Share on linkedin
Partager sur linkedin
Share on twitter
Partager sur Twitter
Share on pinterest
Partager sur Pinterest

événements

youtube

MéDITATIONS GRATUITES

En quête de confiance interne, de courage pour traverser tes peurs ?
 
Inscris-toi à ma newsletter et reçois trois méditations guidées en cadeau !

Revenir sur le cœur - Se connecter à son guide interne - Visualiser le futur